Opinions, Humeurs et Géopolitique

Le blog de Francis Laloupo

Archives Mensuelles: avril 2012

François Hollande, Le contrat du changement

Extrait du discours de Bercy, 29 Avril 2012

« Je veux m’adresser à ceux qui, au-delà des sensibilités politiques, sont des hommes et des femmes soucieux de la cohésion sociale, qui refusent les discours d’exclusion, qui se méfient des coupures, des brisures, des fractures, des ruptures, parce qu’ils en savent les dangers et les menaces, et qui regardent avec méfiance et suspicion – et ils ont raison – ceux qui craquent des allumettes, ceux qui allument des mèches, ceux qui jouent avec le feu, ceux qui mettent l’étranger au cœur de cette campagne et qui ne seront pas entendus ! Ceux qui opposent les Français entre eux, ceux qui mettent en cause les pauvres parce qu’ils seraient des assistés, ceux qui font peur avec une religion qu’ils regardent avec méfiance. Oui, ceux qui veulent se rassembler parce qu’ils croient en la République ! (…)

Lire la suite

Publicités

Hollande, maintenant…

Le dernier texte publié sur ce blog à propos du long parcours de François Hollande vers la présidentielle remonte au mois d’octobre 2011, à l’issue des « primaires citoyennes » initiées par le Parti socialiste. Je n’hésitais pas alors, bravant parfois la sidération de mes lecteurs les plus proches, à affirmer que l’homme qui venait d’être désigné le 16 octobre 2011 à l’issue des primaires pour incarner les aspirations de nombreux Français, bien au-delà de son camp et de son identité politique, sera le prochain élu de la République française en 2012. J’avais ensuite décidé d’observer la campagne électorale, plutôt sereinement je l’avoue, inébranlablement convaincu des atouts et des ressources de cet homme dont j’observe le cheminement depuis plusieurs années. C’est vrai que j’avais déjà fait sursauter quelques-uns, et même provoqué l’hilarité de quelques autres, en confiant, il y a dix ans, à mes meilleurs amis, cette pressante intuition : l’envergure encore insoupçonnée du destin de François Hollande. Que l’on se rassure, je n’en prophétisais pas le destin présidentiel. Juste, en me fondant sur une attentive observation de l’homme, la patiente structuration d’un destin promis à une manifestation ultérieure, en « laissant le temps au temps », formule que François Mitterrand aimait à emprunter à Miguel de Cervantès.

Lire la suite

Mali : Agenda critique franco-africain

Face à la crise multidimensionnelle à laquelle se trouve confronté le Mali, la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a opté pour un protocole de résolution en deux temps : d’abord, la restauration de l’ordre constitutionnel, puis, la mise en œuvre des moyens, y compris militaires, pour le rétablissement de l’intégrité territoriale du pays. Pour contraindre la junte qui s’est emparé du pouvoir le 4 mars dernier à le rendre à un exécutif civil intérimaire chargé de la gestion d’une période de transition conduite par le Président du Parlement, Diouncounda Traoré, la Cedeao aura imposé un embargo dont les effets furent immédiatement et durement ressentis par les habitants de ce pays enclavé, essentiellement dépendant de ses voisins, en ce qui concerne l’importation et l’exportation des biens de première nécessité. Un embargo que certains acteurs politiques maliens ont qualifié de « criminel ». N’empêche, moins de 72 heures après l’entrée en vigueur de l’embargo, la junte a accepté de se soumettre à la signature d’un accord-cadre, mettant fin à son aventure. Dans la foulée, le 8 avril, la démission du président Amadou Toumani Touré, défait par le coup d’Etat, confirmait, selon les principes constitutionnels, la vacance du pouvoir, et conséquemment, le début d’une période de transition qui devrait déboucher, sous quarante jours, à la tenue de nouvelle élections.

Miracle sénégalais, péril malien

Au Sénégal, le respect s’impose. Vis-à-vis des citoyens-électeurs qui ont, en dépit des plus sombres prévisions, choisi d’écrire l’histoire de leur pays avec une remarquable détermination interne, puisant en eux l’inspiration la plus juste pour modifier la trajectoire d’une crise politique qui exposait, il y a peu encore, le pays à l’embrasement…

Lire la suite