Opinions, Humeurs et Géopolitique

Le blog de Francis Laloupo

Archives Mensuelles: février 2011

Côte d’Ivoire, Impossible miracle

Certains lecteurs, un peu énervés, se sont contentés de puiser dans mon dernier texte consacré à la Côte d’Ivoire (publié le 21 février), de quoi alimenter, un peu plus, leurs humeurs combattives contre tous ceux qui n’épousent pas leurs « éléments de langage » et ne s’alignent pas, sans nuances, sur leurs thèses péremptoires et exclusivement partisanes. Je n’ai pas jugé utile de répondre à ce déchaînement d’humeurs où l’insulte et l’incantation tiennent lieu de « débat politique »… L’important dans ce texte, anathématisé par ces énervés, était de s’interroger sur la finalité de cette énième mission diligentée par l’Union africaine pour tenter de restaurer la sérénité en Côte d’Ivoire. J’affirmais alors que la mission confiée à ce panel de cinq chefs d’État n’allait, en rien, permettre de faire évoluer favorablement la situation. Ma conclusion indiquait, malheureusement, la funeste escalade à laquelle l’on assiste depuis le 21 février, date de publication de mon texte. J’écrivais alors : « A quoi auront servi toutes les médiations engagées depuis décembre par les instances africaines ? A renvoyer les Ivoiriens à eux-mêmes. (…) Tout compte fait, il faudra bien se rendre à cette évidence : la solution à la crise viendra des Ivoiriens eux-mêmes, et eux seuls… La question est de savoir à quel prix. » L’issue, redoutée, se déroule sous nos yeux, en ce moment-même : l’affrontement armé entre les deux camps en conflit. Autrement dit, une « solution militaire intramuros ».

Lire la suite

Publicités

Côte d’Ivoire, triviale affaire

Quelques mots sur la situation de crise en Côte d’Ivoire, qui n’a que trop suscité des passions médiocres et des débats de piètre aloi. Juste quelques mots pour dire qu’il est grand temps que l’on s’en tienne à l’essentiel. Si le commentaire est libre, les faits sont têtus. Que les propos débridés et l’abondante littérature qui accompagnent, exacerbent, contournent et détournent la réalité actuelle en Côte d’Ivoire, s’apaisent enfin, pour simplement aider les Ivoiriens à retrouver une vie ordinaire, débarrassée de la peur, de la misère qui frappe aux portes, et des violences multiformes. Que tous les « penseurs » et tous les littérateurs de la crise ivoirienne fassent l’économie de leurs précieuses énergies et intelligences. L’engagement politique et idéologique est autrement, et plus utilement sollicité ailleurs, à maints endroits du continent africain, et au-delà.

Lire la suite

Faillite française

L’information, amplement analysée dans la dernière livraison de l’hebdomadaire « Marianne », a été publiée par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), En France, 6 millions de travailleurs, sur les 25 millions que compte le pays, perçoit un salaire égal ou inférieur à 750 euros ! Une information, « une bombe », selon Marianne « qui en dit plus long sur l’état de la société française que tous les grands discours »…

Lire la suite

Le régime Ben Ali ou la nudité de la tortue

A la fin des années 70, une chanson congolaise déclinait, jubilatoire, la « nudité de la tortue ». Tant que la tortue porte sa carapace, la vie poursuit son cours, impassible. Mais attention à ne pas la lui ôter, car, concluait la chanson, « vraiment, elle n’est pas belle à voir, la nudité de la tortue ». Depuis le week-end dernier, des Tunisiens, désespérés, informés de l’assouplissement des contrôles de la police d’émigration, ont choisi l’exode vers l’Europe. Dans des embarcations de fortunes, ils ont bravé les flots de la Méditerranée pour tenter d’atteindre les rives de l’Italie, en attendant, pour certains, de pouvoir se rendre en France. Des dizaines parmi eux ont péri pendant la traversée de la Méditerranée. Scènes de désespérance que l’on croyait jusqu’ici réservées aux jeunes Sénégalais, Maliens, ou encore aux Sri-lankais partis de chez eux, bravant mille périls, convaincus que l’enfer s’arrête aux portes de l’Europe…

 

Au moment où l’Europe s’affole de l’afflux des Tunisiens sur son sol, des employés de la société française de grande distribution Carrefour manifestent à Tunis pour réclamer des salaires décents. Il faut dire que le salaire mensuel de ces employés de Carrefour s’élève à 150 euros…

Lire la suite

Révolutions arabes, obsessions occidentales

Face aux événements qui se déroulent en Tunisie et en Égypte, deux obsessions ont surgi dans le débat politique et intellectuel en France. D’abord, « la peur de l’islamisme », invoquée à longueur de débats et dans les colonnes des journaux ; ensuite, la volonté « d’aider et accompagner » ces révolutions en cours dans le monde arabe.

Lire la suite