Opinions, Humeurs et Géopolitique

Le blog de Francis Laloupo

Archives de Tag: Blaise Compaoré

Burkina Faso : Fin de parcours pour Blaise Compaoré

Blaise Compaoré avait choisi de déclarer la guerre à une partie de son peuple. A ceux qui, nombreux – la majorité des Burkinabé –, le mettaient en garde depuis plusieurs mois contre la tentation d’une présidence à vie, par le biais d’une modification de la Constitution. Nombreux furent aussi, ceux de ses « amis » qui, ayant été «consultés » avaient déconseillé à « l’homme fort » du Burkina Faso de franchir le Rubicon. Ce qu’il avait déjà osé par le passé n’était pas forcément reproductible. « Les temps ont changé, les populations sont plus averties qu’autrefois… », lui avaient avancé plusieurs personnes qu’il avait tenté de rallier à sa cause. De plus, cela faisait un moment, depuis la fin de la présidence de Jacques Chirac en France, que le dirigeant du Burkina Faso savait que la donne était en train de changer entre lui et ses protecteurs français. Peut-être même était-il devenu moins « nécessaire » pour Paris depuis l’accession au pouvoir de François Hollande avec lequel il entretenait des rapports purement formels, exempts de cette suspecte intimité dont il se vantait autrefois avec son « cher Jacques »… Mais Compaoré s’est, jusqu’au bout, refusé à se mettre au diapason des temps actuels.

Lire la suite

Publicités

Burkina fâché…

Mise en place d’un nouveau gouvernement le 22 avril dernier. Un « gouvernement de mission et de combat », comme l’a indiqué lui-même le chef de l’Etat qui, courageux mais pas téméraire, s’est attribué, très personnellement, le ministère de la Défense. Histoire de signifier que, face aux multiples mutineries de soldats qui rythment depuis un mois la vie dans son pays, il allait demeurer l’homme de la situation. Blaise Compaoré, soldat lui-même, « défroqué » pour les besoins de la cause suprême – la Constitution ne tolère pas un président en kaki -, devra-t-il réactiver le naturel du militaire qui sommeille en lui ? Le putschiste « historique » du Burkina Faso, dont le régime naquit d’un crime fondateur en 1987 – l’assassinat de Thomas Sankara – ne saurait admettre longtemps que son sommeil soit troublé par les manifestations incongrues de ses « frères d’armes » aux humeurs devenues insaisissables.

Lire la suite