Opinions, Humeurs et Géopolitique

Le blog de Francis Laloupo

Archives de Tag: France

NOTES DE SAISON – Décembre 2021

I. Journalistes en danger (Birmanie, Bélarus, Chine… Togo)
II. Zizanie franco-malienne
III. La France Zemmour
IV. Guadeloupe, Martinique… Brasiers ultramarins

I- JOURNALISTES EN DANGER


Selon le bilan annuel de Reporters Sans Frontières (RSF) l’année 2021 a été marquée par un triste record : celui du nombre de journalistes emprisonnés à travers le monde. Une réalité devenue encore plus préoccupante au moment où l’on observe la montée de nouvelles autocraties décomplexées. Ces dernières, impétueusement dressées contre les systèmes dits « progressistes », n’hésitent plus à déployer, en toute impunité diverses formes de violences contre les journalistes, incarnation de la liberté d’informer, un concept indésirable dans ces contrées…

Lire la suite

France : La tentation de l’ignoble

3501606-marine-le-pen-retour-sur-une-premiere-campagne-presidentielleFaut-il s’inquiéter du climat d’intolérance, de brutalité et de confrontations corporatistes qui s’installe en France ? Assurément, oui. L’affaire n’est pas récente. Lors de son dernier mandat, Jacques Chirac, visité par la grâce, avait tenu à « regarder la France en face », dans une déclaration télévisée, pour signifier son refus de toutes les formes d’intolérance et d’exclusion, et rappeler aux habitants de ce pays que tous, sans exception, étaient « les enfants de la même nation », portés par un destin commun. Le fait de souligner et rappeler ce qui, en d’autres temps, aurait relevé de l’évidence élémentaire, était symptomatique de ce qui allait devenir, durant les années suivantes, le point focal de la vie sociale en France, et que certains ont désigné comme la « question identitaire ». Ainsi, alors même que Jacques Chirac rejetait, avec une remarquable constance, toute concession aux idées traditionnellement promues par le Front national (FN), Nicolas Sarkozy avait opté pour une autre stratégie : intégrer dans le bréviaire de la droite dite « républicaine » – en l’occurrence l’Union pour un mouvement populaire, UMP -, certaines thèses du parti d’extrême-droite. Objectif annoncé : ramener les électeurs de ce mouvement « dans le giron de la République ». On a pu vérifier, par la suite, la pertinence de cette option stratégique : une fulgurante promotion et une inflexible banalisation des idées « basiques » du FN qui, désormais incarnée par Marine Le Pen – la fille de son père – allait, dans le même temps, entreprendre une opération de « dédiabolisation » de son parti.

Lire la suite

Mali : « Le jour le plus important… »

francois-hollande-president-malien-dioncounda-traore-2-fevrier-2013-a-bamako-mali-1206247-616x380Quelque chose d’inédit s’est produit au Mali, le 2 Février dernier. La visite de François Hollande dans ce pays en guerre aurait pu ressembler à bien d’autres : une revue des troupes, la démonstration offerte aux caméras d’un chef de guerre allant braver l’ennemi dans le brasier du conflit, ou encore, à la manière d’un Sarkozy en Libye d’après-guerre, le spectacle forcément navrant du libérateur mettant en scène sa propre satisfaction. En vingt-quatre heures d’une visite à la fois tranquille et chargée de la tension inhérente à un tel contexte, François Hollande, qui n’avait pas une connaissance sensible de l’Afrique subsaharienne avant son élection à la magistrature suprême, aura fait d’un contexte de guerre, l’occasion d’une réelle rencontre avec le Mali. Le fait est suffisamment rare pour être souligné : la presse malienne, unanime, a salué cette visite. Aussi bien pour le sens qui en émanait que pour le discours prononcé à Bamako. Un discours qui, tout s’en inspirant de l’événement, est parvenu à transcender la tragédie en cours dans le pays. Un discours, dont on n’a pas fini de décrypter le contenu et les incidences, venu conforter un fait, tout aussi rare : le sentiment favorable émis par la majeure partie de l’opinion africaine à l’égard d’une intervention française sur le sol africain. Là aussi, l’actuel chef de l’Etat français a su déjà imprimer sa marque, au demeurant exceptionnelle, aux yeux de l’opinion.

Lire la suite

Les Docteur Folamour de la « cause touarègue »

Un débat qui n’a cours qu’en France s’immisce depuis quelques temps dans le dossier malien. L’affaire est propagée par des « experts » français, infatigables défenseurs du « peuple touareg ». Le logiciel sur lequel se fondent leurs sentences s’apparente à une véritable campagne désinformation et d’intoxication. Partout, ils véhiculent ce même postulat : le « peuple touareg » – aux contours indéterminés – soumis depuis la nuit des temps à la discrimination économique et sociale, voit venir l’heure, avec la guerre en cours au Mali, de satisfaire sa « légitime » aspiration à l’autonomie, voire à l’indépendance. Selon les auteurs de ce postulat, détenteurs d’un obscur mandat, indifférents aux conséquences de telles affirmations, le Mouvement de libération de l’Azawad (MNLA) incarnerait cette « légitime revendication » de l’ensemble des Touaregs du Mali. Et, ne reculant devant aucune approximation, ils laissent entendre gaillardement que le Nord du Mali serait une sorte de touareg-land, exclusivement habité par cette seule communauté.

Lire la suite

Syrie : Le tournant ?

Ce mardi 29 mai marquera un tournant dans l’attitude adoptée par les puissances occidentales vis-à-vis de la crise syrienne. Le nouveau président français, en décidant l’expulsion de l’ambassadrice de Syrie en France, Lamia Chakkour, a donné le signal d’un mouvement qui pourrait, enfin, déboucher sur une action aussi énergique que décisive à l’endroit du régime criminel de Damas. L’impuissance des pays membres de l’Onu à trouver une solution à ce qui s’apparente à une véritable boucherie perpétrée par le régime syrien, est devenue insoutenable. 13 000 morts au bas mot, tombés sous le feu de la soldatesque de Bachar Al-Assad. Dernier massacre en date, le week-end du 26 mai, dans la ville de Houla. Bilan forcément incomplet : au moins 108 morts, avec un nombre effrayant d’enfants tués… Face à cette horreur, Koffi Annan l’émissaire de l’Onu, fait ce qu’il peut… sans pouvoir faire grand-chose. La décision prise par François Hollande fut, comme il l’a lui-même indiqué, « concertée avec les partenaires européens de la France ». Lire la suite

France, Salutaire alternance

Même dans les plus vieilles démocraties, l’alternance au sommet de l’Etat agit toujours comme une révolution, un moment a-ordinaire, extra-ordinaire. Sentiment d’inachevé et d’amertume pour ceux qui se trouvent contraints de se retirer de la sphère du pouvoir ; émotion quasi transcendantale pour ceux qui y accèdent… Révolution toujours. Pour les jeunes Français de moins de trente ans, l’ambiance de la soirée du 6 mai 2012, après l’annonce de la victoire de François Hollande, restera un ineffaçable souvenir tout au long de leur vie, à l’instar de ce que nous, plus anciens, avons connu un soir de mai 1981.

Lire la suite