Opinions, Humeurs et Géopolitique

Le blog de Francis Laloupo

Archives de Tag: François Hollande

Syrie : Le tournant ?

Ce mardi 29 mai marquera un tournant dans l’attitude adoptée par les puissances occidentales vis-à-vis de la crise syrienne. Le nouveau président français, en décidant l’expulsion de l’ambassadrice de Syrie en France, Lamia Chakkour, a donné le signal d’un mouvement qui pourrait, enfin, déboucher sur une action aussi énergique que décisive à l’endroit du régime criminel de Damas. L’impuissance des pays membres de l’Onu à trouver une solution à ce qui s’apparente à une véritable boucherie perpétrée par le régime syrien, est devenue insoutenable. 13 000 morts au bas mot, tombés sous le feu de la soldatesque de Bachar Al-Assad. Dernier massacre en date, le week-end du 26 mai, dans la ville de Houla. Bilan forcément incomplet : au moins 108 morts, avec un nombre effrayant d’enfants tués… Face à cette horreur, Koffi Annan l’émissaire de l’Onu, fait ce qu’il peut… sans pouvoir faire grand-chose. La décision prise par François Hollande fut, comme il l’a lui-même indiqué, « concertée avec les partenaires européens de la France ». Lire la suite

Publicités

François Hollande, Le contrat du changement

Extrait du discours de Bercy, 29 Avril 2012

« Je veux m’adresser à ceux qui, au-delà des sensibilités politiques, sont des hommes et des femmes soucieux de la cohésion sociale, qui refusent les discours d’exclusion, qui se méfient des coupures, des brisures, des fractures, des ruptures, parce qu’ils en savent les dangers et les menaces, et qui regardent avec méfiance et suspicion – et ils ont raison – ceux qui craquent des allumettes, ceux qui allument des mèches, ceux qui jouent avec le feu, ceux qui mettent l’étranger au cœur de cette campagne et qui ne seront pas entendus ! Ceux qui opposent les Français entre eux, ceux qui mettent en cause les pauvres parce qu’ils seraient des assistés, ceux qui font peur avec une religion qu’ils regardent avec méfiance. Oui, ceux qui veulent se rassembler parce qu’ils croient en la République ! (…)

Lire la suite

L’évidence Hollande

François Hollande élu à 57% candidat de la gauche à la prochaine présidentielle de 2012. Ne boudons pas notre plaisir. L’issue de cette épreuve des primaires citoyennes est celle que nous avons souhaitée. Ces primaires initiées par le Parti socialiste français – premières primaires ouvertes de l’histoire de France – a déjà changé le climat politique dans ce pays. Cette contribution à la vie démocratique, abondamment commentée, rappelle et réinvente, au fond, les devoirs et responsabilités d’un parti d’opposition, dans une démocratie : devoir de pédagogie et responsabilité civique. Une opposition est d’autant plus forte qu’elle parvient, autant que le pouvoir sortant, à se référer à un bilan, le sien, propre… A cette condition – en ayant souscrit à des obligations essentielles dans la vie de la cité -, l’aspiration à l’alternance n’en est que plus légitime, et sa justification renforcée.

Lire la suite

Une saison socialiste – Noblesse démocratique

Sans conteste, quoi qu’en pensent les esprits chagrins, la primaire socialiste en France constitue le plus grand événement politique de l’année dans ce pays. Mieux, c’est le premier grand bond en avant, depuis trois décennies, de la vie démocratique, dans ce morose Hexagone. Une contribution majeure au « pire des système à l’exception de tous les autres ». A telle enseigne que, avec une admirable lucidité, plusieurs ténors de la droite admettent -beaux joueurs- que l’UMP devra elle aussi, s’inscrire dans cette dynamique inespérée pour la vitalité d’une démocratie que l’on disait assoupie, voire suspecte. L’affaire a déjà débordé les frontières de la France, et les acteurs politiques sénégalais envisagent désormais d’introduire l’organisation de primaires dans la vie démocratique de leur pays.

Lire la suite

L’inconfortable anniversaire sarkozyste et l’engagement de François Hollande

Il est des anniversaires dont on se passerait volontiers. Il y a un an, Nicolas Sarkozy prononçait, dans la fièvre et la précipitation, son « discours de Grenoble ». Le genre de discours qui signe, au fer rouge, un mandat présidentiel et en constitue, définitivement, la marque de fabrique. Une sombre séquence politique aux miasmes persistants, et dont les effets pourrissent durablement le climat dans un pays qui n’a cessé de perdre confiance en lui-même depuis trois décennies…

Lire la suite