Opinions, Humeurs et Géopolitique

Le blog de Francis Laloupo

Archives Mensuelles: novembre 2010

Côte d’Ivoire, Guinée, Haïti…

Médiations internationales, misères politiques 

A l’heure où nous écrivons ces lignes, le scrutin du second tour de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire s’achève sur fond de violences multiformes et d’annonce de couvre-feu. Si l’on pouvait traduire devant les tribunaux des entités étatiques, les opinions internationales instruiraient un sévère procès à l’encontre de la Côte d’Ivoire pour fautes politiques graves, non respect d’engagements contractés auprès de la communauté internationale, manœuvres de diversion multiples aussi caractérisées qu’aggravées…

Lire la suite

Publicités

Patientes urgences…

Comme une histoire qui poursuit son cours, sur le fil ténu du temps qui passe : inventer, faire surgir en des lieux et espaces multiples et variés le « centre ». Le centre de la ville, du village… Lieux de rencontres, de réunions et de rassemblements où la parole et l’esprit se donnent rendez-vous, pour se livrer ensemble, hors de toute préméditation, difficilement, parfois douloureusement, mais toujours avec une généreuse exaltation, à la construction d’une trame aussi nécessaire que hasardeuse : la compréhension du présent et l’esquisse des futurs.Nous nous sommes rencontrés, et nous nous rencontrons encore en d’autres lieux qu’ici. Pour partager la parole, faire surgir du tunnel de nos interrogations, de temps en temps, une lueur éclairant le sens des choses et les réalités souterraines, complexes et denses qui animent notre monde et sollicitent nos identités citoyennes. Ici aussi, il s’agit de poursuivre ce chemin, cette quête inlassable de vérités, espérant à chaque instant, par notre action et nos pensées actives, produire l’essentiel : la pleine réhabilitation de la pensée libre et citoyenne… Parce que le désarroi, un certain désordre de la pensée, ou l’acceptation résignée de la « fin de l’Histoire » sont devenus le lot des citoyens face à un monde illisible, insaisissable, porteur d’insidieuses violences morales et d’incertitudes nouvelles, nos responsabilités sont entières. Il nous revient de ne jamais les contourner, les ignorer ou en différer l’appréhension. Au jour le jour, nous partagerons ici la pressante intuition de cette nécessité.

Francis Laloupo