Opinions, Humeurs et Géopolitique

Le blog de Francis Laloupo

Blague russe

Qui a dit que Poutine ne riait jamais ? C’est vrai qu’à observer cet ancien agent du KGB, on avait fini par comprendre qu’il fut amputé de la rate à sa naissance. Ou que, plus probablement, le rire, cette précieuse faculté qui distingue, dans la chaîne de l’évolution, l’homme de ses ancêtres primates, avait été malencontreusement ôté de son programme génétique. Vladimir Poutine a fait de cette infirmité originelle son mystère personnel, sa marque distinctive, son arme fatale pour parcourir le long sentier vers l’ultime sommet de la puissance et du pouvoir… Et s’y maintenir indéfiniment. Voulait-il devenir le dernier tsar de Russie ? Non, bien plus que cela : le maître du monde… Sans rire… Vladimir Poutine, actuellement Premier ministre, a donc décidé, sans autre forme de procès, de redevenir président de la Russie, à l’issue d’une prochaine mascarade électorale. Une fonction qu’il a déjà occupée de 2000 à 2008, avant d’y installer son dauphin, Dmitri Medvedev qui, en récompense et toute honte bue, acceptera, comme naguère, de (re)jouer le rôle de Premier ministre. C’était prévisible, dites-vous ? Faudrait-il donc s’habituer à tolérer l’intolérable, au prétexte qu’il était « prévisible » ?

Le tragique, dans les temps actuels, c’est de s’habituer à tout. Insidieusement, l’horreur imprègne nos sens, et le pire devient soluble en notre mémoire de l’instant. Supporter à ce point ce qui fut intolérable en d’autres époques, pourtant récentes, est le plus inquiétant symptôme d’un monde qui ne trouve plus de réponses aux interrogations qu’il accumule, range par-dessous les meubles anciens, et refoule douloureusement, en attendant d’autres interrogations tout aussi insolubles. Nous parlions, il y a peu, d’un monde chargé d’incertitudes. Partout, la démission des esprits devient l’unique réponse aux angoisses que génère un monde sans boussole, où chaque individu, chaque communauté, chaque nation invente ses règles privatives, au mépris des conduites universelles. C’est sur ce terreau, à chaque instant plus fertile, que prospèrent toutes les extravagances, les horreurs contemporaines et les hypothèques sur les proches avenirs… Un tel désordre du monde est capable d’enfanter tous les monstres. C’est dans ce chaos de l’esprit que retentit le rire sourd d’un Poutine qui vient d’opérer ce coup d’État d’un genre nouveau… Ce scénario politique proprement hallucinant se déroule en Russie, impunément… La dernière blague russe, en somme. Et qui ne fait rire que le principal protagoniste de l’affaire. Si une telle nouvelle était parvenue des tropiques, d’Afrique notamment, elle aurait sans doute ravivé tous les stéréotypes et autres tenaces clichés. Pourtant, de nos jours, en Afrique, même les derniers autocrates survivants n’oseraient se fendre d’une telle galéjade… Poutine l’a osé, sous les cieux russes. L’affaire a traversé, comme une comète, la galaxie des médias, le temps de quelques commentaires et articles de presse, puis… puis plus rien… Zappée de l’actualité et des mémoires. Remplacée vite fait par l’interminable déclinaison du feuilleton DSK… Misère du journalisme…

Les lendemains de la fin de la Guerre froide sont tristes, décidément. Jusqu’où peut aller Poutine ? Au nom d’une certaine idée de l’histoire de son pays, l’homme demeure attaché à l’idée d’une Russie impériale, éternelle… Boucher-saigneur acharné de Tchétchénie, super flic de Moscou et des environs, re-colonisateur contrarié de la Géorgie au nom de la lutte de l’héritage impérial russe contre l’ambition d’un État-nation géorgien, gestionnaire officiel d’une économie mafieuse… Riche et rare pedigree… Question : comment faire émerger une nation moderne, avec les lunettes d’un passé achevé, périmé et évaporé ? Le chaos russe s’alimente d’une nostalgie faisandée… Conséquences immédiates de ce verrouillage du l’espace politique russe par le système Poutine ? L’opposant Boris Nemtsov, estimant que « c’est le pire scénario qui pouvait arriver à la Russie », prédit une accélération de l’émigration des Russes vers les pays occidentaux, la fuite de capitaux et « une augmentation gigantesque de la corruption », devenue une culture nationale… En somme, le déclin de l’empire, sous la houlette du Terminator Vladimir Poutine… Et si Poutine n’était, in fine, que le liquidateur de ce qui reste de « l’influence » de cette Russie obsédée par la « revanche » postsoviétique ? Après la fin de l’empire soviétique, voici venu le temps de la grande braderie des bijoux de famille. Bientôt, il ne gouvernera plus que les lambeaux de l’empire…

Après l’annonce, accueillie dans une quasi indifférence en Russie du retour de Poutine à la présidence du pays, un sentiment de honte s’installe. L’arrangement maffieux initié par Poutine bafoue toutes les règles ordinaires du protocole d’État et transforme, aux yeux du monde, la Russie en un minable tripot d’affairistes. Face à cet État voyou, l’embarras des puissances occidentales, contraintes de ménager les illusions d’un « géant » aussi imprévisible que patibulaire. Poutine n’est pas que dangereux. Il est génétiquement insensible au réel. Un dirigeant autiste, modelant son environnement selon un plan personnel. En fait, on avait tort de croire que Poutine était amputé du rire. Il possède une faculté rare, exceptionnelle : il rit au-dedans de lui. Un ventriloque du rire… C’est le propre des êtres qui se croient seuls au monde. Seuls contre le monde entier…


Publicités

8 réponses à “Blague russe

  1. simon elharrar 2 octobre 2011 à 18 h 00 min

    Salut, Francis
    Il se trouve qu’une majorité de la population russe aime le sentiment de « sécurité » que leur procure ce médiocre « personnage » qui n’a même plus besoin de grogner pour apeurer au-delà du détroit de Béring.
    En réalité, sa seule ambition est dans son enrichissement personnel (ça pue le gaz à plein nez) aux dépends de ses compatriotes. En cela, il n’a (toujours) rien à jalouser à l’Afrique Noire qui est très loin d’avoir apuré ses démons.
    « C’est sur ce terreau, à chaque instant plus fertile, que prospèrent toutes les extravagances » et surtout tous les extrémismes, politiques et religieux.
    Contrairement à toi, je pense que dès « l’élection » de Poutine, qui est d’ores et déjà assuré de sa « réélection » (ça lui fera plus de temps au pouvoir que Brejnev !) l’irresponsabilité des USA et de l’Europe ainsi que les conséquences de leurs jeux spéculatifs remettront la Russie en position économiquement meilleure qu’eux : tu paries ?
    Le peuple russe ne sait pas manifester ni « révolutionner » à la mode arabe. Mais … redis-moi un peu les avantages démocratiques déjà acquis en Tunisie et en Egypte?
    Et puis, vois un peu qui est devenu le responsable de la Sécurité en Lybie …
    Allez, sourions tout de même un peu : heureusement, Poutine n’a pas de fils. Yes !
    P.S. :
    Nos ancêtres primates « riaient » déjà pour exprimer leur satisfaction : dont acte.

  2. Paul 6 octobre 2011 à 11 h 20 min

    « Faudrait-il donc s’habituer à tolérer l’intolérable, au prétexte qu’il était « prévisible » ? »

    Et de quel droit devrions nous refuser de « tolérer » un retour de Poutine? D’où vient cette arrogance occidentale consistant à fustiger un président qui ne nous convient pas?

    Vous n’avez visiblement aucune connaissance de la Russie et des russes (tout comme votre collègue Charles Bwele, tout aussi médiocre et servile dans ces « analyses »)..

    Ne comdamnez pas si vite.. Regardez ou nous en sommes en France, pays des « droits de l’homme », et la violence omniprésente..

  3. Paul 6 octobre 2011 à 11 h 26 min

    J’ai relu votre article et reste bouche-bée devant tant d’arrogance et de suffisance.. il est vraiment temps de diversifier un peu vos sources d’info..

  4. simon elharrar 6 octobre 2011 à 11 h 55 min

    Cher Monsieur Paul,
    Je ne doute pas que Monsieur Laloupo sache vous répondre, mais l’envie m’est venue de participer à ce qui deviendrait, mais j’en doute, un échange.
    Monsieur Laloupo a annoncé que son blog est un espace de libre échange et c’est d’ailleurs pourquoi vous pouvez vous y manifester. Loin de la démagogie, il manifeste ainsi sa capacité de « tolérance »
    Et vous fustigez sa « violence » avec … une rare violence. Aurait-il commis quelque délit d’opinion ?
    D’un point de vue philosophique, je pense intolérable l’intolérance. Mais je ne crois pas que le (futur) Président Poutine soit sensible à la « philosophie »
    Ceci étant écrit, vous conviendrez (peut être ? certainement ?) que la Russie de Monsieur Poutine n’a pas fait de la Démocratie son fer de lance et que son « élection » en devient presque grotesque.
    Bien à vous

    • Paul 6 octobre 2011 à 12 h 25 min

      Oui effectivement je me suis peu-être un peu emporté..

      Cela-dit je commence à avoir de plus en plus de mal à supporter les critiques mal fondées et complétement déconnectées de la réalité que l’on peut voir et entendre de manière omniprésente en France concernant la Russie..

      Certes la démocratie n’est pas le fer de lance de Poutine (encore que la liberté d’opinion soit plus plus grande que ce que l’on croit) mais les russes ont un emploi et font des projets (ils croient en l’avenir), luxe que nous n’avons plus en France, malgré notre apparente démocratie (En réalité quel choix avons nous en France? vous conviendrez peut être ? certainement ? que le clivage gauche/droite est de la com’)..

      Donc ne jetons pas la pierre trop vite à Poutine qui, parti d’un pays en ruine (souvenez-vous de la fin des années 90′ en Russie), a redressé le cap et s’est lancé dans de grandes réformes structurelles de modernisation (à tous les niveaux)..

      Je n’idéalise pas Poutine, mais je pense que son bilan est globalement plus que positif.. Et pour finir (avec ce post, pas avec la conversation): il bénéficie du soutien de la population qui approuve son action (oui je sais un peuple satisfait de son président est difficile à concevoir en France).. Donc non son élection n’est pas si grotesque..

      Bien à vous,

      Paul

  5. Pingback: Vladimir II de Russie | Israël Flash: informations et analyses sur Israël

  6. caca 21 mars 2018 à 8 h 20 min

    je pense que c de la merde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :