Opinions, Humeurs et Géopolitique

Le blog de Francis Laloupo

Sarko fever

Le président français n’est pas seulement un homme pressé. Ceux qui, au début de son mandat, le nommaient « Speedy Sarko », en sont désormais à s’inquiéter de cette fièvre étrange qui semble l’habiter. A l’Elysée, pour donner un « sens original » aux récents déplacements présidentiels, on a inventé le concept de « voyages historiques ». Las, cet expédient a très tôt volé en éclats, anéanti par le principal exécutant dont le style, le tempérament et l’humeur ne peuvent être soumis à une partition conventionnelle.

 Voyage « historique » en Haïti, expédié en une escale qui a laissé les hôtes haïtiens tellement pantois qu’ils se sont demandé s’il ne s’était pas agi d’une illusion d’optique. De plus, le président français, a préféré prononcer son discours à la communauté française plutôt que de s’adresser à une assemblée d’Haïtiens. Un discours en terre haïtienne ponctué de « Mes chers compatriotes », et qui s’est conclu par « La Marseillaise », l’hymne français entonné par le président français et ses compatriotes présents en Haïti ! Un protocole insolite, pour un déplacement censé solder les contentieux historiques entre la France et Haïti…
Voyage non moins « historique » au Gabon où Nicolas Sarkozy allait clamer que sa génération ne porte ni l’héritage ni les complexes de la colonisation… Problème : alors que ses hôtes gabonais avaient mis les petits plats dans les grands, le visiteur français, après moult réaménagements du programme des festivités, décide, piétinant allègrement le planning préétabli, de quitter Libreville à la nuit tombée, pour se rendre… au Mali. Où il passe quelques heures sous les projecteurs de caméras avec l’otage français Pierre Camatte libéré par Al Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) … Ensuite, Sarko-Brèves-Escales remonte dans son aéronef, le seul endroit où il s’abandonne aux délices du sommeil. Cap sur le Rwanda. Libreville, Bamako, Kigali… Un plan de route qui défie toutes les logiques géographiques… Au Rwanda, discours « historique », mine de circonstance pour saluer la mémoire des victimes du génocide. Tout cela en une demi-journée… Même pour les Rwandais les plus blasés, un exercice « historique » aussi météoritique sera classé dans le registre des curiosités protocolaires. Le Sarko-show relève davantage de l’anomalie géologique que de la geste politique. Un mystère non encore élucidé…

(4 mars 2010)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :