Opinions, Humeurs et Géopolitique

Le blog de Francis Laloupo

Embarras malien

Le 25 février dernier, les autorités maliennes remettaient, en mains propres, au président français Nicolas Sarkozy, l’otage Pierre Camatte, kidnappé le 26 novembre 2009 par le mouvement Al Qaïda au Maghreb islamique, et présenté par les médias de l’Hexagone comme un espion déguisé en travailleur humanitaire.

 

 Ce dernier venait d’être libéré en échange de la remise en liberté de quatre « combattants » islamistes jusque là détenus dans les geôles maliennes. Un « deal » réclamé par Al Qaïda et que Paris avait vivement suggéré au président malien d’accepter. Mais, alors que Paris se délectait, vis-à-vis de son opinion, de ce « bon coup » qu’il venait d’opérer, l’Etat malien se retrouvait seul, confronté à la crise qu’il venait de provoquer avec ses voisins mauritanien et algérien, radicalement opposés à toute mise en liberté d’islamistes arrêtés dans cette région.

Quelques heures après la libération de l’otage français, la Mauritanie et l’Algérie ont rappelé leurs ambassadeurs en poste à Bamako. L’affaire est sérieuse, car en cédant à la demande – aux pressions – de Paris, le Mali s’est simplement détourné des accords et principes qui le lient à ses voisins dans le cadre d’une lutte concertée contre les groupes de bandits psychopathes franchisés Al Qaïda qui sévissent dans cette région. En se détournant des stratégies communes établies entre les pays confrontés dans cette partie de l’Afrique au fléau du terrorisme, l’Etat malien doit, à présent, tenter d’apaiser l’ire de ses voisins qui lui reprochent une « faute politique ». Une faute que le président malien Amadou Toumani Touré a bien du mal à justifier… Et Paris, dans tout ça ?
Interrogé à ce propos, Nicolas Sarkozy s’est contenté de déclarer que  « le rôle du président de la République française, c’est de ramener vivants à la maison les ressortissants français. » Et d’ajouter « quelles que soient les erreurs qu’ils ont commises ». Quitte à provoquer un incendie diplomatique entre le Mali et ses voisins. En attendant, il semble bien difficile au président malien d’expliquer à ses voisins par quelles contorsions de l’esprit il en arrivé à faire prévaloir ses liens indéchiffrables avec la lointaine France, sur la solidarité naturelle avec ses voisins inscrits dans un espace géopolitique partagé.

(11 mars 2010)



Publicités

Une réponse à “Embarras malien

  1. Pingback: Miracle sénégalais, péril malien « Le blog de Francis Laloupo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :