Opinions, Humeurs et Géopolitique

Le blog de Francis Laloupo

Le corridor du pire

Il y a quelque temps, je me suis retrouvé avec l’inénarrable Eric Raoult sur un plateau de télévision pour débattre de la chasse aux étrangers opérées devant les objectifs des caméras de télévisions, juste après l’élection de Nicolas Sarkozy. J’avais à peine pris la parole que le député UMP (parti sarkozyste) tranchait sec : « Je ne vous permets pas de parler ainsi de MON pays !»…

L’invective était programmée, ciblée : en tant que Noir, je ne pouvais, selon lui, que proférer des propos hostiles contre SON pays. Interloqué par cette saillie imbécile, je mis quelques longues minutes à réaliser à quel point cet homme politique s’était dégradé, au fil de sa carrière, en s’exilant dans un « nationalisme » caricatural dressé contre le reste du monde. Objectif pathétiquement obsessionnel : exister politiquement. Une posture qui suscite, jusque dans son camp politique, raillerie et commisération.
C’est le même Raoult qui s’est indigné récemment des propos tenus par l’écrivaine Marie Ndiaye, Prix Goncourt 2009, jugeant « monstrueuse » la France de Nicolas Sarkozy… Pas tourmenté par la honte, Raoult réclame un « devoir de réserve » à cette femme à qui, dit-il, « NOUS avons donné le prix Goncourt ». Et d’enfoncer le clou en indiquant que « par comparaison, Yannick Noah et Lilian Thuram n’étaient pas allés aussi loin dans la critique de la France ». Commentaire indigné du maire de Paris, Bertrand Delanoë : « Serait-ce donc la couleur de leur peau qui inspirerait ce ‘rappel à l’ordre’? »
Cela dit, même si les sorties de Raoult relèvent du drame de la bêtise, elles s’inscrivent dans le territoire devenu fécond des fantasmes ethnico-raciaux qui polluent actuellement le climat social en France. En associant dans le même élan Marie Ndiaye, Lilian Thuram et Yannick Noah, Eric Raoult active un sous-entendu récurrent : ces Français noirs sont forcément des « Français à part ». A l’heure où le pays s’agite dans un débat sur « l’identité nationale », les propos d’un Raoult alimentent donc un subconscient embarrassé : comment être français, noir, ou arabo-musulman ? Dans un pays où des commentateurs présentent Barack Obama comme un « immigré intégré » (ce qui provoque l’hilarité des Américains), où le ministre de l’Intérieur lâche en public de douteuses plaisanteries sur les arabes, où le ministre de l’immigration annonce la chasse aux « mariages gris » et où les citoyens non Blancs sont soumis au protocole compassionnel de la « diversité »… le sieur Raoult apparaît comme l’agent subalterne d’une redoutable offensive du pire.

(24 novembre 2009)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :