Opinions, Humeurs et Géopolitique

Le blog de Francis Laloupo

Morose Kouchner

Pas facile pour un ministre de se retrouver contraint à n’exercer que le seul ministère de la parole. Naguère flamboyant et assumant « sans complexe » son ralliement à Nicolas Sarkozy, tout en « demeurant un homme de gauche » (qu’on se le dise !), Bernard Kouchner n’en finit plus d’avaler des couleuvres. Dernière déconvenue en date pour le ministre des affaires étrangères : la réconciliation surprise annoncée le 29 novembre dernier entre la France et le Rwanda…

Un rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays, orchestré par le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant. Sur la photo de famille, même pas l’ombre portée du ministre français des affaires étrangères ! Le lendemain de cette annonce, l’on a pu entendre, sur les ondes des radios de l’Hexagone, Bernard Kouchner avouer lui-même ne pas comprendre comment cette affaire avait pu être menée et conclue hors de sa présence. En somme, il aurait appris la nouvelle, comme le quidam, en écoutant la radio.
Pathétique, ravalant un morceau de son chapeau, il s’échine depuis lors à rappeler à qui veut l’entendre à quel point il s’est dépensé sans compter, à quel point il s’est impliqué dans ce dossier – lui qui fut tant « meurtri » par le génocide et son souvenir – pour qu’enfin la France renoue avec le Rwanda.
Kouchner serait donc victime d’une abominable injustice, qui vient compléter l’ahurissante série d’humiliations qu’il ne cesse de subir depuis quelques mois. Dans le dossier gabonais, l’homme s’était vu voler la vedette par l’avocat Robert Bourgi, le sulfureux « conseiller spécial » de Sarkozy ; même traitement pour les dossiers iranien et irakien où ses déclarations – ses commentaires – semblent n’engager plus que lui ; sur les écrans de télévision, nulle trace du ministre des affaires étrangères aux côtés du président Sarkozy dont l’activisme débordant se déploie en Europe, en Asie, en Amérique latine et bien plus encore… Où est donc passé Bernard Kouchner ? A chaque fois que son absence est soulignée dans la presse, il évoque les contraintes de son agenda, et ces fameuses « réunions » qui le tiennent loin de la scène internationale qui pourtant constitue, par nature, le périmètre de sa fonction…
Alors, question : combien de temps tiendra-t-il dans ce confinement aussi pénible qu’aberrant ? Combien d’humiliations pourrait encore supporter cet homme dont l’âme se trouve écartelée entre la conscience de sa dignité blessée et un attachement exacerbé aux attributs, dividendes et signes extérieurs du pouvoir ? Face à une opinion devenue indifférente à son sort, le soldat Kouchner peut-il encore se sauver lui-même ?

(3 décembre 2009)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :