Opinions, Humeurs et Géopolitique

Le blog de Francis Laloupo

G20, folle croisière

Le monde serait-il devenu fou? Depuis des semaines, à travers discours politiques, analyses d’experts, éditoriaux de presse, débats en tous genres, l’on tente de cerner les causes et conséquences de la crise financière qui a fait sauter les banques et les certitudes brandies depuis des années sur les mécanismes consacrés de l’économie mondiale, sous le sceau du libéralisme triomphant.

Tous concernés, dit-on depuis des semaines, tout en occultant l’origine, les acteurs et les responsables premiers de ce cataclysme. Tous concernés, donc. Et voilà que pour résoudre ladite crise, seul le club dit «des G20», c’est-à-dire essentiellement les puissances occidentales, s’est retrouvé à Washington les 14 et 15 novembre dernier pour se pencher sur le « mal ». Les pays du Sud non «émergents» sont exclus de cet office. Pas invités.
Éloignés des affaires « sérieuses » de ce monde. Interdits d’accès à cette cérémonie des grands ordonnateurs et donneurs d’ordre. Pas question que les pauvres viennent gâcher l’ambiance avec leurs jérémiades et autres méprisables revendications. Pour l’avenir économique, financier et monétaire du monde, on fera pour eux, et sans eux. Mais comment comprendre que ce sont les mêmes dont le système –l’intégrisme néolibéral – a failli, tout en causant la ruine des pays pauvres, qui s’arrogent seuls le droit et la
« légitimité » d’instruire le remède à un mal généré par leurs pensées uniques? Sans jamais prendre en compte l’avis de ceux qui ont subi les affres de leurs prescriptions néolibérales. On vit une époque formidable! Coupables, juges et avocats à la fois, les puissances occidentales sont atteintes d’un rare syndrome: l’auto-contemplation tragique. Cette forme d’enfermement devrait inciter les pays les moins avancés à définitivement admettre l’incompatibilité scientifique entre la quête de leur bien-être et les intérêts bien compris de l’Occident. Imperceptiblement, cette réunion du G20 consacre définitivement l’ordre mondial né au lendemain de la fin de la guerre froide : le fossé systémique et historique entre pays riches et pauvres. À ces derniers d’en prendre acte, résolument.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :