Opinions, Humeurs et Géopolitique

Le blog de Francis Laloupo

Sarkozy Académie

Une actualité à laquelle vous n’avez pu échapper : le 26 juillet dernier, Henri Guaino, conseiller spécial du président français Nicolas Sarkozy, sous l’empire d’un besoin irrépressible de « communication », avait fait une pesante sortie dans la presse – dans le quotidien Le Monde  et sur les ondes de Radio France Internationale – pour se livrer à une explication de texte du discours à tout le moins controversé prononcé un an plus tôt par le chef de l’Etat français à Dakar.

A l’occasion de « l’anniversaire » de ce fameux « discours de Dakar », le conseiller spécial avait décidé de réaliser cet exercice insolite, consistant à assumer ce discours comme étant une émanation de sa personne. On aurait presque pu craindre une crise institutionnelle : le conseiller d’un chef d’Etat qui ne se contente pas de demeurer dans l’ombre et qui juge nécessaire d’aller confirmer au monde qu’il est bien l’auteur exclusif d’un discours prononcé par un chef d’Etat. Comme si ce dernier ne s’en était pas approprié, comme il est de coutume dans la pratique ordinaire de la gestion du pouvoir. Comme si ce chef d’Etat n’était que l’interprète – en play-back ! – de la pensée de ce conseiller très spécial. Reprenant les passages les plus controversés du discours de Dakar, Henri Guaino est donc revenu enfoncer le clou en ces termes : « L’homme africain est entré dans l’histoire et dans le monde, mais pas assez. Pourquoi le nier ? » Ou encore : « Il a fallu des millénaires pour que l’Occident invente l’idéologie du progrès (…) Cela ne veut pas dire que dans toutes les autres formes de civilisation il n’y a pas eu des progrès, des inventions cumulatives. Mais l’idéologie du progrès telle que nous la connaissons est propre à l’héritage des Lumières ». Ce qui sous-entend que l’Afrique se débat encore dans les zones ténébreuses, encore éloignées du point d’accomplissement du progrès propre à « l’homme moderne ». Si la structure intellectuelle très personnelle d’Henri Guaino intrigue, l’opinion pourrait s’inquiéter sérieusement de la nature des obsessions intimes de cet étrange conseiller, acteur omniprésent dans les affaires de la république française.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :