Opinions, Humeurs et Géopolitique

Le blog de Francis Laloupo

Dadis Camara : Wanted !

Le chef autoproclamé de la junte militaire guinéenne a désormais une excuse en béton : l’opinion internationale doute de sa santé mentale. Partant, il peut désormais tout se permettre, notamment se gausser des menaces de sanctions, ordonner, depuis son lit, les meurtres en série de ses opposants, après s’être rendu coupable du massacre du 28 septembre dernier. Avec un rictus qui fait discrètement frémir tous ses visiteurs, celui qui, en moins de dix mois, a pulvérisé tous les records du délire autoritaire, n’envisage pas, de toute évidence, de lâcher les commandes de l’État.

Après avoir balayé d’un revers de la main l’ultimatum fixé par la Cedeao, lui en enjoignant de s’engager à ne pas se présenter à la prochaine élection présidentielle, le sieur Dadis Camara, qui se réclame désormais d’une obscure « pensée positive » (son « Livre rouge » à lui), aurait récemment envoyé son ministre de la Défense, Sékouba Konaté (manifestement atteint des mêmes symptômes que son patron) en Ukraine, en vue de négocier un achat d’armes d’un montant évalué à 45 millions de dollars. Histoire de contourner l’embargo sur les ventes d’armes que viennent de décréter contre la Guinée la Cedeao et l’Union européenne.
Dans le même temps, on note l’arrivée sur le sol guinéen de mercenaires sud-africains, agissant au nom de sociétés militaires privées. Peu à peu se met en place un dispositif de renforcement du périmètre armé de la junte guinéenne, déterminée à se dresser contre tous ceux qui tenteraient de la déloger du sommet de l’État.
Que peut encore faire la « communauté internationale » face à ce pouvoir dont le protocole de réaction échappe aux pratiques politiques ordinaires ? L’opposition guinéenne avait pertinemment, au lendemain du massacre du 28 septembre, réclamé le déploiement dans le pays d’une force militaire d’interposition dépêchée par la Cedeao ou l’Union africaine, afin d’endiguer la folie de la junte. Pourtant, les instances internationales persistent à vouloir « négocier » avec cette bande d’aventuriers, au moyen de protocoles feutrés et sophistiqués.
Peut-on aujourd’hui, sérieusement, penser mettre fin à cette criminelle extravagance, sans recourir au même traitement que celui qui fut appliqué à un Charles Taylor dans le chaos libérien ? Pour comprendre cette urgence, les médiateurs devraient peut-être étudier de près la nature des ingrédients qui composent les troubles potions que le capitaine Dadis Camara semble ingurgiter, chaque matin, juste avant de livrer au monde affligé, les stupéfiantes déclinaisons de son « show » qui ne fait plus rire personne.

(28 septembre 2009)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :